isolation ecologique

Isolation écologique : mettez-vous au vert ! [Dossier]

Vous aurez beau employer un chauffage innovant et performant, si l’isolation de votre logement est médiocre, vous évacuerez la chaleur par l’extérieur. C’est pourquoi il est conseillé de choisir et d’installer un système de chauffage qu’après avoir posé une isolation thermique performante.

Fidèle à ses valeurs en faveur de la préservation de l’environnement, Arpago a choisi de vous faire part des innovations en matière d’isolation écologique. Depuis quelques années, de nombreuses avancées ont été effectuées en la matière. Une isolation écologique peut être d’origine animale, végétale ou issue du recyclage ; l’essentiel est qu’elle ne soit pas énergivore ni qui ne nuise à l’environnement lors de son cycle de vie.

Afin que vous puissiez faire un choix avisé, nous avons réalisé un comparatif des isolants bio-sourcés. Mais tout d’abord, qu’est-ce qu’un isolant écologique ?

Un isolant naturel n’est pas forcément un isolant écologique

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, un isolant naturel n’est pas un isolant écologique. A l’inverse de ce que tentent de nous faire croire les industriels à grands renforts de communication, un matériau naturel n’implique pas forcément qu’il soit écologique.

En effet, un isolant écologique s’apprécie en fonction d’un écobilan ou Analyse de cycle de vie (ACV). Cette dernière étudie l’impact du produit sur la santé et sur l’environnement, notamment sur l’énergie déployée pour sa fabrication et son transport ou sur les matières premières nécessaires à sa confection. L’analyse de cycle de vie tient compte des émissions de polluants dans l’environnement ainsi que les déchets engendrés, de sa fabrication à son recyclage.

Par ailleurs, l’isolant naturel comme l’isolant écologique peuvent subir des traitements complémentaires afin de fixer leurs propriétés isolantes. C’est le cas d’additifs employés pour lutter contre les nuisibles (perméthrine contre mites, poux…) ou pour lier les fibres naturelles (polyester…). Ces additifs sont un « mal » nécessaire pour pouvoir mettre en œuvre ces isolants écologiques dans nos logements.

Pourquoi choisir une isolation écologique ?

pourquoi choisir une isolation écologique

C’est une question que l’on est en droit de se poser.

L’intérêt principal d’employer un isolant écologique est… qu’il est écologique ! En effet, ce type d’isolation préserve l’environnement, ou tout du moins, a un impact bien plus modéré que l’isolation synthétique ou minérale. Par exemple, l’intérêt d’une isolation à base végétale est qu’elle capte le CO2 lors de sa croissance et le stocke dans vos murs : c’est autant de gaz à effet de serre capté et stocké !

Deuxièmement, et contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’isolant écologique n’implique pas qu’il soit plus chère que l’isolation synthétique. Par exemple, l’isolation en paille revient moins chère que la laine de verre ou la laine de roche, à pouvoir isolant identique (voir graphique ci-dessous).

Dernier avantage, et non des moindres, les isolants écologiques « respirent » : les échanges thermiques entre l’intérieur et l’extérieur du bâtiment sont possibles. Ainsi, ils permettent de réguler l’hygrométrie des pièces intérieures en absorbant ou en restituant une partie de l’humidité de la pièce. C’est par exemple le cas de la laine de mouton qui peut absorber jusqu’à 30% de son poids d’humidité et la restituer lorsque l’air est plus sec.

Enfin, sachez que si vous avez la possibilité de choisir, préférez des isolants d’origine végétale produite en France. Il existe par exemple de la laine de coco d’origine naturelle mais qui est fabriquée à des milliers de kilomètres tandis qu’une isolation à base de chanvre, de paille ou de copeaux de bois est fabriquée à une centaine de kilomètres de son lieu de pose.

Comparatif des isolants écologiques, naturels et synthétiques

Dans le graphique ci-dessous sont réunis les principaux isolants que l’on peut trouver aujourd’hui sur le marché. Vous pourrez constater qu’un isolant écologique n’est pas forcément plus cher que ses homologues synthétiques.

Notez toutefois que ces isolants doivent être posés par des professionnels qui sauront vous conseiller sur le choix du matériau. En effet, vous ne pourrez pas poser de plaques de polystyrène sur un mur donnant sur l’extérieur ou d’isolant bio-sourcé inadapté sur un mur froid (possibilité de désordre dans le mur). Ainsi, à chaque cas particulier son matériau adapté.

comapratif entre les isolants traditionnels et biosourcés - source Picbleu Source Picbleu

Comparatif entre isolant écologique

Comme vous avez pu vous en rendre compte, l’isolant écologique est équivalent, en termes de prix, aux isolants synthétiques classiques. Pour que vous puissiez vous faire une idée précise des isolants bio-sourcés, nous avons réunis 15 isolants dans ce tableau comparatif.

Vous noterez que la conductivité thermique est un coefficient qui permet de comparer les isolants entre eux : plus il est bas, plus le matériau est isolant. Quant au prix, il est approximatif et correspond à ce que l’on devrait débourser pour obtenir un pouvoir isolant équivalent à 10 cm de laine de verre. Enfin, l’énergie grise correspond à l’énergie employée lors du cycle de vie du produit (production, extraction, transformation, transport…).

 

Isolant

écologique 

AvantageConductivité

thermique

PrixInconvénients
argile expansée

 – incombustible (Euro Classe A1)

– excellent rapport poids/résistance

– bonne isolation acoustique

0.103 à 0.10825 à 30 €/m²

– utilise beaucoup de CO2 à sa fabrication

– transport important

chanvre

– bilan écologique excellent

– assimile le CO2 de l’air

– 100% recyclable et naturel

 0.038 à 0.04815 €/m²– texture très dense difficile à travailler
chènevotte

– issue du chanvre, elle possède les même propriétés

– possibilité de former du béton léger

– difficilement inflammable

0.039 à 0.060 10 à 15 €/m²

– très sensible à l’humidité

– matériau dense qui ne convient pas aux plafonds en plâtre

laine de bois

– excellent déphasage

 – stocke l’humidité

– excellent isolant acoustique

 0.035 à 0.052 (en vrac)

0.039 (en panneau)

5 à 10 €/m² (vrac)

20 à 24 €/m² (panneaux)

– sa performance thermique dépend de l’humidité de la pièce

– emploi d’adjuvants et d’additifs pour en faire un matelas fibreux

 

copeaux de bois

– produits de recyclage (chute de bois)

– peu consommateur d’énergie grise

– intégralement biodégradable

 0.040 à 0.0506 à 7 € les 25 kg– très inflammable (nécessite un parement coupe-feu)
fibragglos

– difficilement inflammable

– très bon isolant thermique

–  pas de dégagement toxique

0.09 à 0.1015 à 25 €/m²

– conduit les champs électriques

– énergie grise élevée

fibre de coco

 – processus de fabrication naturel (sans produits chimiques)

– recyclable et compostable

– très résistante à l’humidité

– isolant phonique

 0.044 25 à 30 €/m²

– traitement au sel de bore pour obtenir la classe « difficilement inflammable » (B2)

– énergie grise élevée due au transport sur très longue distance

laine de mouton

– propriétés thermorégualtrices inégalées

– isolant léger

– ininflammable

– peut absorber 30% de son poids en eau

 0.035 à 0.0456 à 38 €/m² (selon sa densité et la résistance thermique visée)

– déphasage thermique faible

– traitement antimite et de sel de bore

laine de coton

– issue de coton recyclé

– permet aux parois de respirer (bon régulateur hygrométrique)

 

0.037 à 0.0406 à 12 €/m²

– traitement contre les insectes

– traitement au sel de bore pour une résistance aux flammes (B2)

– généralement adjonction de polyester

liège

– isolant imputrescible

– imperméable

– bonne résistance au feu (classé B2)

– isolant phonique efficace

0.032 à 0.04520 à 25 €/m²

– produit coûteux

– les panneaux composites sont constitués à partir de colle

– produit renouvelable mais à croissance lente

lin

– très bon hydrorégulateur

– cultivé en France

– ressource renouvelable

0.037 à 0.065 13 €/m²

– traitement contre les insectes et les moisissures

– traitement au sel de bore pour une résistance aux flammes (B2)

ouate de cellulose

– très bon rapport qualité/prix

– issue du recyclage du papier

– capacité thermique élevée (bon déphasage)

– difficilement inflammable

0.035 à 0.0525 à 10 €/m² (vrac)

20 à 25 €/m² (panneaux)

– ajout parfois de nombreux adjuvants

– traitement au sel de bore pour une résistance aux flammes (B2)

roseaux

 – difficilement inflammable

– matériau renouvelable et compostable

0.05635 à 40 €/m²

– prix élevé du fait de sa faible disponibilité

– énergie grise élevée si transport longue distance

plume de canard

– peut absorber jusqu’à 70% de son poids

– très bon isolant

 

0.033 à 0.0359 à 11 €/m²– certains industriels utilisent un traitement antimite
verre cellulaire

– incombustible

– recyclable

– utilisé pour lutter contre les ponts thermiques

 0.035 à 0.048 35 à 45 €/m²

 – énergie grise importante

– imperméable à la vapeur

– ressource non renouvelable

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

.